Errance bien-aimée

Errance bien-aimée

Celui qui erre n’est pas perdu.

Celui qui erre se balance d’une expérience à une autre,

Apprend par la douleur, que l’amour a bien meilleur goût.

Alors celui qui erre, saute sur une autre branche,

Préfère celle de la tendresse, à celle de la détresse.

Il bâtit sa vie à partir de décisions éclairées par l’être qu’il est.

Celui qui erre tisse par sa force créatrice la vie que d’autres lui disaient rêvée.

Celui qui erre fait de ses rêves la réalité, parce qu’importe le chemin, toujours il est le sien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.